Protéger votre habitation : comment éteindre un incendie ?

Protéger votre habitation : comment éteindre un incendie ?

D'après le livre « Les statistiques des services d'incendie et de secours – ed 2016 », le nombre d'interventions des sapeurs-pompiers a atteint 4 453 300, dont 300 700 incendies. Ces chiffres montrent la fréquence des incendies en France. Alors, en cas de sinistre incendie, comment éteindre les flammes ?

Les précautions d'urgences à adopter

En premier lieu, les produits inflammables tels que le gaz, l'essence et l'alcool sont à écarter afin de limiter la propagation de l'incendie. Dès le début de flamme, les occupants doivent évacuer les lieux de toute urgence. Ils sont également tenus de se protéger contre les risques d'intoxication due à la fumée. La porte de la pièce embrasée doit également être fermée. D'ailleurs, toutes les portes du logement sinistré doivent être closes.

Si l'incendie se déclare dans les appartements voisins, il est important de couper immédiatement le gaz et l'électricité. Aussi, l'ascenseur est à bannir en raison de la coupure d'électricité. Ainsi, les sinistrés empruntent les escaliers dans la mesure où la fumée y est encore absente. Si une victime se trouve prise au piège dans l'appartement, il doit condamner les portes en plaçant des linges mouillés autour du cadre.

Les bons gestes au moment du sinistre

Il convient ensuite d'appeler les services de secours. De plus, l'extincteur doit être manié avec précaution vu que la poudre est toxique et entraîne des dommages considérables au logement. Par conséquent, le jet est orienté dans le sens du vent pour pallier l'effet de retour des poudres. L'eau peut également être d'une aide efficace contre les flammes. En effet, le contact de ces deux éléments stimule la formation de gouttelettes sur les points de chaleur.

Cependant, si l'incendie a été causé par un hydrocarbure ou de l'huile, l'eau attisera de plus belle les flammes. Effectivement, les hydrocarbures flottent sur l'eau, ce qui accélère la propagation du feu. Dans ce cas, l'étouffement par recouvrement de terre ou de sable semble plus approprié. Outre ces deux méthodes, l'extinction par inhibition paraît aussi efficace. Cette solution consiste à ralentir, voire bloquer le processus de combustion et ainsi d'arrêter les flammes.

Les mesures à prendre après le sinistre

Sans accord préalable d'une personnalité compétente, personne n'est autorisé à entrer dans le domicile sinistré. Ensuite, l'assuré a la charge de lister et de prouver les dommages du sinistre. Aussi, tout élément susceptible de justifier le préjudice sera d'une grande utilité. Entres autres, les captures d'images, les factures bancaires, les actes notariés... aideront assurément à convaincre l'assureur. Faute de preuve matérielle, la compagnie s'appuiera sur les témoignages des proches de l'assuré et des autres victimes.

Puis, l'assuré est tenu d'aviser sa compagnie d'assurance le plus rapidement possible. Dans le cas où cette dernière mandate les services d'un expert, le sinistré doit se préparer à sa venue. Durant la visite, le professionnel évalue les dommages mobiliers et immobiliers. Il vérifie également les mesures d'urgence entreprises. Puis, il inscrit le montant des dégâts dans un document appelé état de perte. En cas de désaccord entre l'expert et l'assuré, l'intervention d'une contre-expertise paraît indispensable.

Articles

4 conseils pour la protection de votre habitation

Cambriolage, incendie, inondation, catastrophe naturelle… sont autant de sinistres qui portent préjudice à l'habitation. Alors, que faut-il faire...